Miel, Propolis et pain d'épice

BILAN DE LA SAISON APICOLE
Le rucher des musiciennes

Le cheptel : une étape vers la reconstitution a été franchie


En sortie d'hivernage, le cheptel était tombé à 70 ruches du fait de l'infestation du parasite varroa,


Grâce à l'opération de pré vente, j'ai pu faire l'acquisition de 20 essaims à un fournisseur de Bazas.
En parallele, j'ai moi aussi produit des essaims et donc concernant le cheptel, j'ai pu remonter à 140
ruches à ce jours.


La production de miel : la pénurie
J'ai produit de l'acacia en petite quantité, du multifleurs, du châtaignier en petite quantité et du
bruyère et du tournesol en plus grande quantité.
Je n'ai atteint que 1000 kg de production soit la moitié de mon objectif annuel. Il y a trois raisons à
cela :
1 -j'ai démarré la saison avec un cheptel réduit, les nouveaux essaims ne rentrant pas de suite en
production,
2 - la météo a été marquée par un gel tardif en avril qui a fait geler dans certaines zones l'acacia
3 -des épisodes de canicules brefs mais qui ont asseché les nectars de ronce et de bruyère.

La lutte contre varroa : le noeud du problème
J'ai amélioré mes traitements contre le parasite varroa en utilisant une nouvelle technique de retrait
total du couvain et une autre technique d'encagement des reines. Ce sont des techniques coûteuses
en temps de travail mais qui je l'espère s’avéreront payantes au niveau mortalité hivernale. En
apiculture biologique, la problématique du varroa constitue le noeud du problème. Varroa = pertes
hivernales+ruches affaiblies = baisse du cheptel et petite production.


Initiation à l'apiculture : Une piste de diversification
Ayant reçu plusieurs demande dans ce sens et recherchant une diversification pour combler le trou
de trésorerie, J'ai mis en place des cours d'initiation à l'apiculture au printemps.
j'ai eu entre 5 et 11 participants à 6 sessions, ce qui a constitué un apport de trésorerie
complémentaire.


Perspectives pour 2018 :
Le but est de sortir de l'hiver avec le minimum de pertes et de continuer à remonter le cheptel vers
l'horizon des 200 ruches, je ne vais pas acheter des essaims mais peut être des reines pour pouvoir
créer moi même des essaims plus tôt en saison.
J'ai un projet de développer les cours d initiation à l'apiculture auprès d'un public d'étudiant en
Agronomie.

Les miels non labellisés :
Il y aura des miels non labellisés car les essaims achetés en 2017 sont en conversion pendant un an.
Concernant le miel de tournesol, j'ai trouvé un îlot important de culture bio dans le Lot et Garonne
qui regroupe trois producteurs malheureusement je n'ai pas pu le labelliser à cause d'une parcelle
qui n'est pas en bio qui est minoritaire mais qui est dans la zone de butinage. J'ai quand même choisi
de les amener la bas car au moins dans leur environnement proche, elles étaient protégées. C'est une
opération qui m'a coûté cher en carburant mais elles ont bien produit.
Je remercie tous les Amapiens pour leur soutien sans lequel mon exploitation ne pourrait pas
continuer.

Le rucher des musiciennes

api1web-5.jpg


Installé dans le pays libournais entre la forêt de la Double au nord et les landes girondines au Sud, le Rucher des Musiciennes propose ses miels monofloraux, polyfloraux et ses produits de la ruche : propolis, pollen, pain d'épices.

Dans une recherche de qualité, les abeilles sont élevées selon les exigences de l'agriculture biologique.

Elles butinent dans des zones forestières choisies pour la richesse et la typicité de leur flore et sont protégées des parasites à l'aide d'acides organiques et d'huiles essentielles.


petitpin-1.gif

Le métier d'apiculteur

Les interventions de l'apiculteur visent à obtenir un bon développement des colonies afin qu'elle soient en situation de production : une population forte et un bon état sanitaire.
Il doit éviter l'essaimage qui est une tendance naturelle, prévenir la faim ou les maladies et éventuellement transhumer ses ruches pour leur assurer des ressources mellifères suffisantes et variées.

L'apiculteur assure la pérennité et le développement de son cheptel. Il produit des essaims et des reines pour pallier au vieillissement du cheptel.
Il sélectionne ses meilleures reines selon des critères de productivité, résistance et douceur, etc.

L'apiculteur extrait le miel en miellerie, le conditionne et parfois le transforme et le commercialise. Eventuellement, il récolte de la propolis et du pollen. Il peut avoir aussi un atelier de production de gelée royale.

premierevisite-300x205-3.jpg

×